Patrimoine naturel

Sumène Rand de Banes

La commune de Sumène s’étend sur 3659 hectares (36,59 km2). Son urbanisation s’est développée principalement au fond de deux vallées : la vallée de l’Hérault avec le hameau de Pont d’Hérault et la vallée du Rieutord avec le village de Sumène situé au confluent de cette vallée et de la vallée du Recodier. L’habitat en milieu rural se répartit ensuite aux flancs des montagnes environnantes en hameaux (Cézas, Sanissac, Le Pouget, Le Castanet, Pinoch) et en mas isolés. On rencontre d’autres bâtiments isolés : les magnaneries, les filatures, les bergeries, les clèdes sur les châtaigneraies, les moulins à eau au bord des cours d’eau.

Sumène RieutordL’altitude des fonds de vallées est de 200 m environ, les lignes de crête se situent entre 500 et 700 m. Les points culminants sont, au sud, le Rang de banes 635 m, le pain de sucre 792 m, à l’est, la Fage 922 m, à l’ouest, les Jumeaux 515 et 525 m, au nord le Castanet Pinoch 594 m et Piecam 797 m, juste en limite communale avec St Roman de Codières. Tous ces sommets sont accessibles via des sentiers balisés et offrent pour la plupart des vues à 360 ° sur les Cévennes méridionales et la plaine languedocienne.

Le calcaire, le schiste et le granit sont les trois roches présentes sur la commune. Le calcaire associé à la garrigue se trouve au sud est de la commune abritant de nombreuses grottes et avens, le schiste associé au châtaignier se trouve au centre et à l’ouest, le granit plutôt au nord. Ces roches constituent les matériaux de construction des bâtiments de la zone géologique où ils se trouvent.

L’Hérault est un fleuve côtier long de 160 km qui prend sa source dans le massif de l’Aigoual et se jette dans la méditerranée. Le Rieutord est un cours d’eau temporaire avec des écoulements souterrains notamment en aval du village de Sumène ou son cours d’eau est quasiment à sec une bonne partie de l’année, cependant les crues du Rieutord peuvent être torrentielles lors de précipitations extrêmes appelées épisodes cévenols.

Sumène - MuretDepuis les temps immémoriaux les hommes ont construits des murs et murets en pierres sèches créant les terrasses (appelées traversiers, faïssses ou bancels) sur le flan des montagnes, parfois jusqu’à leurs sommets, pour faciliter les cultures et retenir la terre, et où subsistent encore quelques rares vignes ou oliveraies. Quelques unes de ces terres à flancs de montagne voient se développer la culture de l’oignon dit oignon doux des Cévennes ; les fonds de vallées abritent quelques maraichages, des vergers de pommiers ancestraux et beaucoup plus récemment un verger de kiwis; sur les crêtes fleurissent toujours les vergers de cerisiers. Ancestral aussi, l’élevage de moutons est toujours actif ; Sumène est un haut lieu de passage de la transhumance en juin et septembre ; quelques vaches paissent en estive sur la Fage.

La diversité de notre patrimoine naturel offre les baignades dans le fleuve Hérault, les randonnées sur les multiples chemins parfois escarpés, la pêche en rivière, la chasse, la cueillette des champignons, au printemps et en automne si la pluie est au rendez-vous, ainsi que celle des châtaignes.

ChampignonsLa sauvegarde de notre patrimoine naturel fait l’objet de zones de protections variées : ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêts Ecologique, Faunistique, Floristique) de la vallée du Rieutord ZNIEFF de la montagne de la Fage et des Cagnasses ZICO (Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux) Gorges du Rieutord, Fage et Cagnasses Natura 2000 : Gorges du Rieutord, Fage et Cagnasses avec le Classement du site en ZPS (Zone de Protection Spéciale) en avril 2006.

Enfin la commune de Sumène est en zone périphérique du parc National des Cévennes et possède sur son territoire la Réserve Naturelle Régionale de Combe Chaude.

Haut de Page