Site officiel de la commune de Sumène
Site officiel de la commune de Sumène

Les décors de façades sont abondants : corniches, bandeaux, soubassements, encadrements des fenêtres. De plus, la mise en oeuvre de différents matériaux (plâtre, pierre taillée), de différents travaux d'appareillages et de finitions, offre une grande diversité de modénatures.

 

 

                                                          Plaque de prix des denrées en 1858  sur la Maison de Boiffils de Massane, rue Cap de ville

 

                                                                Plaque sur une façade de maison en face du pont du Recodier, quartier du Recodier

 

 

 

                                                                           Prix du froment sur une façade Renaissance ( XVIe siècle)  Grand'rue

 

                                                                                                    Bec de Gaz rue Fontaine de la ville

 

Au Moyen-Âge, on y trouvait la Maison de la Ville ou maison Consulaire (ancêtre de notre mairie actuelle) et la chapelle Saint-Jacques. Devenue lieu de culte catholique, de terribles inondations emportent le rempart avec la Chapelle. Le bâtiment devint successivement une filature et enfin une tonnellerie puis prit le nom de Salle Ferrier ( M. Ferrier fut le donateur de la salle à des associations laïques ). On y pratiquait la danse, le ping-pong et c'était le lieu de réunions pour divers clubs comme la spéléologie ou le ski club. C’était l’ancêtre du foyer rural ! Sa grande époque fut aussi celle des bals, où accourait toute la jeunesse de la région. En 2001, la municipalité a racheté la Salle à l’Association des Parents d’Elèves de l'Ecole publique.

  

Le square du Plan accueille un Monument aux Morts de la guerre de 1914-1918. Ce Monument est composé de pierre de taille et de fonte. La scène décrit la patrie reconnaissante offrant une couronne à un soldat mort que veille une femme, un portrait de Jeanne d’Arc en médaillon, un portrait d’un chevalier médiéval casqué en médaillon, les armoiries et croix au sommet du fronton. Ce Monument aux Morts fut inauguré le 11 novembre 1923 en présence du général Jean-Baptiste Marchand, alors conseiller général du canton de SUMENE. Il a été rénové en 2016. Les noms de 91 poilus morts durant la Première Guerre Mondiale y sont inscrits.

 

 Au même endroit se trouvait l'ancien cimetière, utilisé du VIIIe au XIXe siècle. Abandonné au profit d'un nouveau site à partir de 1884, son mur et ses tombes ont été détruits vers 1904 pour laisser place à un jardin public.

 

La Porte et la Tour du XIIe siècle étaient appelées Portail de la Font de la Ville. (Font pour fontaine qui se trouve à quelques mètres de la tour).

Cette tour est la seule des remparts qui fut préservée de la démolition lors du démantèlement des fortifications.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris